Nos campagnes en résilience | Cultiver, habiter et vivre en respect des Hommes et de la nature

Valérie, coordinatrice du projet, à l’écoute de Fanny, paysanne au GAEC de la Ferme de l’Auberge à Divajeu, lors d’une rencontre à la ferme en mars 2021. Photo : Jeanine SOCHAS

« Nos campagnes en résilience », projet porté par ARC 2020 nous offre la possibilité de découvrir des initiatives de transition agro-écologique françaises, la résilience des territoires ruraux en France et partout en Europe.

L’année 2020 a profondément marqué nos vies que nous vivions en ville ou en campagne, en France et partout en Europe. L’arrivée de la pandémie nous a obligés à revoir nos modes de vie, à imaginer de nouvelles formes de travail, et à construire de nouvelles relations entre nous. 

Le monde rural se réinvente 

Dans les campagnes, nous nous sommes organisés, avons développé des initiatives solidaires et coopératives notamment avec les agriculteurs, les jeunes, les personnes âgées, les consommateurs…

Face à l’urgence des défis auxquels nous sommes tous confrontés, de nombreux projets ont émergé rendant les paysans acteurs dans la transition agro-écologique. Chacun fait preuve d’innovationd’ingéniositéde créativité.

Le monde rural se réinvente collectivement. Les différents réseaux locaux et nationaux les soutiennent tout comme les collectivités afin que les idées deviennent réalité. La covid-19 a certainement accéléré certaines dynamiques émergentes et renforcé la nécessité de changement de paradigme.

Ce fourmillement d’initiatives donne beaucoup d’espoir. Elles permettent de rêver qu’un autre monde à la campagne est envisageable, et faire en sorte que toutes ces initiatives ne soient plus isolées mais fassent émerger une « nouvelle normalité ».

Loin des multiples exemples d’exode rural ou de territoires désertés, les campagnes européennes montrent un nouveau visage et de nouvelles énergies. Elles ne sont plus seulement perçues comme « des espaces de nature, de repos, de loisirs ponctuels, de tourisme ». Elles apparaissent comme des lieux de vie où chacun peut construire un avenir différent, plus harmonieux avec la nature et les Hommes.

En allant à la rencontre des agriculteurs et des habitants de ces territoires, ARC 2020 souhaite créer une relation de confiance, comprendre comment ces paysans, acteurs de la dynamique sociale de leur territoire s’organisent et construisent collectivement leur résilience.

En visite à la Ferme paysanne et sauvage, mars 2021. En allant à la rencontre des agriculteurs, ARC 2020 souhaite créer une relation de confiance, comprendre comment ces paysans, acteurs de la dynamique sociale de leur territoire s’organisent et construisent collectivement la résilience des campagnes. Photo: Valérie GESLIN

Un regard socio-écologique

Le monde agricole a évolué, ses relations au monde, les métiers ont changé, beaucoup ont disparu. L’intensification du travail, la surexploitation des ressources naturelles et la mise en concurrence des agriculteurs pour l’acquisition des terres a entraîné de nombreux agriculteurs dans la précarité. Pour les paysans, il devient difficile de vivre de leur propre travail et de la vente de leurs productions.

Pourtant, des paysans développent de nouvelles organisations et façons de travailler qui leur permettent de vivre dignement. Ils peuvent ainsi s’épanouir dans leur passion. Ils entretiennent de nouveaux liens sociaux avec le territoire où ils habitent.

Les paysans retrouvent une place citoyenne faite de rencontres avec les consommateurs, de moments festifs sur leur ferme, de solidarité avec leurs voisins. Nous sommes, actuellement, en train de répertorier ces initiatives.

Avec un regard « socio-écologique », nous voulons contribuer à une transition juste qui développe le bien-vivre ensemble.

ARC 2020 souhaite être un pont citoyen entre le local et l’Europe

Souvent abordée par le prisme environnemental ou par la technique agronomique, le regard social et équitable est peu approfondi dans la transition agro-écologique. 

Cette approche socio-écologique a pour but d’attirer l’attention sur la situation des paysans et des citoyens dans cette transition. Le local reste le lieu de l’action. Cependant, le national et l’européen sont les lieux du débat politique, de la recherche et de la législation, qui déterminent le cadre commun de la politique agricole. Ce projet sera un trait d’union et de compréhension entre ces deux mondes. 

En France, de nombreux mouvements ruraux pour la transition écologique, économique et sociale se sont développés. Des  réseaux nationaux sont très présents tels que Terre de Liensles AMAPS…. Ceci est unique en Europe et il paraît fort intéressant pour les autres pays d’Europe d’échanger sur toute cette dynamique afin de pouvoir ensuite s’en inspirer.

Face à ces constats, ARC 2020 souhaite être un pont citoyen entre le local et l’Europe et ainsi faciliter les échanges en mettant au cœur du projet les agriculteurs.

ARC 2020 a envie d’aller explorer le socio-écologique en abordant la question sociale, d’une part, par les conditions sociales des agriculteurs, d’autre part, sur leurs liens sociaux et sur leur participation dans la dynamique sociale-écologique.

Notre approche socio-écologique a pour but d’attirer l’attention sur la situation des paysans et des citoyens dans cette transition. Photo © Christophe MILOT

Une construction collective

En allant à la rencontre des agriculteurs, ARC 2020 souhaite créer une relation de confiance, comprendre comment ces paysans s’organisent et construisent collectivement leur résilience. Le projet affiche la volonté de les associer et ainsi qu’ils deviennent des acteurs dans les échanges européens.

Nous aimerions savoir comment les nouvelles initiatives et projets interagissent, notamment durant cette période de pandémie.

Comment ces initiatives agro-écologiques partagent leurs expériences ?

Comment les citoyens, les agriculteurs, se sont-ils organisés, mobilisés pour se préparer à ces nouveaux défis ?

Comment sont abordées, collectivement, les notions de bien-être, de solidarité, et de changements de pratique ? 

Autant de questionnements et de recherche de solutions collectives que nous avons envie de creuser, analyser, réfléchir ensemble et partager avec les acteurs du monde rural.

Chaque initiative est unique ; il n’existe pas « un seul bon modèle ». Chaque territoire est spécifique et n’est pas reproductible. Cependant, nous sommes convaincus que chaque expérience peut apporter et contribuer à une autre. Photo © Christophe MILOT

Les agriculteurs prennent la parole et l’action

Nous aimerions aborder toutes ces problématiques et solutions possibles.

Le projet donne la parole aux paysans et leur offre l’opportunité d’échanger entre eux, localement et au niveau européen, sur leurs expériences.

La volonté d’ARC est de valoriser ces agriculteurs et leurs vécus, de réfléchir, avec eux, aux questionnements communs et favoriser le dialogue avec le monde politique européen autour de ces sujets.

Ce renouveau nous appartient à tous, il sera ce que nous déciderons qu’il soit.

La construction d’une nouvelle façon d’envisager la vie à la campagne s’inscrit dans une démarche longue.  Ce projet s’inscrit, en conséquence, dans la durée avec des échanges réguliers, des temps forts.

Nous sommes attachés au fait que chaque initiative est unique, qu’il n’existe pas « un seul bon modèle » mais que chaque territoire est spécifique et n’est pas reproductible. Cependant, nous sommes convaincus que chaque expérience peut apporter et contribuer à une autre.

Ce projet est l’occasion de participer à un changement sociétal et d’envisager un renouveau des territoires ruraux. Ce renouveau nous appartient à tous, il sera ce que nous décidons qu’il soit.

Souhaitez-vous rejoindre cette aventure proposée par ARC2020 ? Soyez les bienvenus pour vous informer, écouter, vous engager ou participer à des rencontres. Il vous suffit d’envoyer un petit mail à Valérie GESLIN, coordinatrice de projet. 

Et n’oubliez pas de nous suivre sur les réseaux sociaux pour avoir les dernières nouvelles du projet :  InstagramFacebookLinkedIn et Twitter.

Consultez la page dediée en cliquant ici.

Après cet article

Nos campagnes en résilience | Comment co-construire ce projet ?

Parole aux paysans | Ludovic BOULERIE

Parole aux paysans | Cédric BRIAND

Naviguons en cercles, cap pour 2030 !

PAC | Réforme post 2020 : l’ambition perdue ?

Crise laitière | Les leçons du secteur laitier biologique français

Producteur laitier biologique pas stressé

Être fromager en Bretagne, ou retourner à « l’aliment-terre »

Valérie Geslin
A propos Valérie Geslin 2 Articles
Valérie est coordinatrice du projet « Nos Campagnes en résilience ». Après avoir cheminé dans des associations d’Education Populaire, Valérie a travaillé pendant une dizaine d’années dans le secteur du développement local et notamment dans le Beaufortain. Diplômée d’un Master 2 en Sciences Politiques sur le changement social et les solidarités territoriales, elle a réalisé son mémoire de recherche sur l’influence des émotions des professionnels dans la mise en œuvre des changements politiques territoriaux. Son mémoire professionnel a été axé sur la thématique des réseaux d’agents de développement rural en Savoie. Valérie est attachée au milieu rural dont elle est native. Son approche sociale et de terrain lui permettra de porter un autre regard sur les transitions socio-agro-écologiques actuelles. Ses expériences d’animation lui permettront de proposer des outils et méthodes participatives afin que chacun puisse être acteur de ce projet. Curieuse, engagée, pleine de volonté et de bonne humeur, elle souhaite aller à la rencontre de ce monde rural, découvrir ce qui fait leur force et apporter ainsi son petit grain de sel pour construire un futur de l’Europe rurale plus résilient.