Paroles d’acteurs | Un cuisinier avec un plat d’avance 2

Xavier Hamon anime un atelier à La Ferme des 7 Chemins, le 18 septembre 2021. Photo credit: Hannes Lorenzen

Xavier Hamon, un cuisinier pas comme les autres, est co-fondateur du Consortium de l’alimentation durable, projet inspiré par une fête populaire qui réussit à réunir tout le monde sur un territoire. Nous vous invitons à découvrir son périple à travers les paroles de Xavier Hamon, qui raconte par la suite un tout dernier projet qu’il tient au cœur : une restauration sur la ferme. Deuxième partie de son entretien avec Valérie Geslin.

Read this article in English

Paroles d’acteurs | Un cuisinier avec un plat d’avance 1

Et La fête de la vache nantaise dans tout cela ?

C’est une grande fête paysanne qui a lieu tous les 4 ans. Elle est portée par des éleveurs de la vache nantaise dans le pays de Redon. Cela a commencé tout petit et à la dernière édition, il y a eu 60 000 personnes en trois jours.

C’est une fête atypique magique où le bio on en parle mais ce n’est pas le sujet. Les races locales, on en parle mais ce n’est pas le sujet. La biodiversité on en parle mais ce n’est pas seulement le sujet.

Le sujet central c’est : comment cela réunit tout le monde sur un territoire ? C’est une alchimie rare. Les gens ne rateraient cette fête pour rien au monde. Moi, j’avais du temps et j’étais là deux ou trois jours par mois pour organiser une partie de cette fête. Il y a un terreau incroyable et cela embarque tout le monde : 1500 bénévoles pendant 3 jours. L’équipe d’organisation monte à 80 personnes. Il y avait une salariée en 2018. A la fin de la fête, ils ont dit si on recommence, il faut que l’on professionnalise certains postes parce que c’était trop gros !

Evènement | Face aux problématiques urgentes, aller vite mais pas trop vite

A la suite de cela, une proposition de création d’un collectif a été faite à la communauté d’agglomération de Redon : le Consortium de l’alimentation durable.

Le consortium est indépendant, il n’a pas d’entité juridique, c’est une convention entre plusieurs acteurs qui décident de s’associer pour un temps donné sur un sujet et qui délimite les attributions de chacun. L’objet, aujourd’hui, du consortium est de rassembler, assez largement, des acteurs locaux et des associations. On a fait un plaidoyer politique qui nous a tous réuni, la première construction politique collective. La communauté d’agglomération de Redon avait déjà cette appétence pour décloisonner et cela est devenu assez facile.

Ce consortium j’y suis attaché même si, aujourd’hui, il est un peu malmené. Il a permis de mesurer le poids qu’on a : un territoire qui sait ce qu’il veut malgré des freins politiques énormes. Le consortium n’a pas vocation à durer, juste le temps d’organiser autrement le territoire et que chacun se repositionne. Il faut qu’il s’impose aux politiques.

Ce qui est intéressant c’est d’associer les citoyens : Quand tu mets les citoyens qui ne sont pas dans ces milieux directement de la production à la transformation mais dans d’autres sphères, on mesure ses paroles et je trouve cela intéressant d’apprendre à ne pas dire tout et n’importe quoi, de le mesurer ou de l’argumenter.

En décembre dernier, on a dit aux élus qu’il fallait se donner les moyens d’aller plus loin. On a cherché des fonds européens, des subventions pour animer tout cela. Faute de réponses positives, on a décidé pour la première fois d’arrêter de se substituer aux financements des collectivités. On avait la coordination, on faisait pleins de choses et, encore une fois, le bénévolat remplace les manques.

Selon Xavier Hamon : « Ce sont les rapports de force qu’il faut changer. La fameuse transition. Faire autrement, on sait faire, il y a de nombreuses solutions depuis longtemps. » Photo : Hannes Lorenzen

Un restaurant à la ferme

J’en arrive au dernier sujet qui, pour moi, peut être une clé pour l’avenir. L’expérience que l’on vit avec la Ferme des 7 chemins avec l’idée d’une restauration sur la ferme est bien emblématique. Je rencontre, à travers les trois associés du GAEC, une autre frange de la dimension paysanne qui porte le développement économique, le développement personnel, la vie familiale. Ils m’ont dit : on aimerait créer une table à la ferme, venez, restaurateurs, réfléchir avec nous, à ce projet. Ce sont des copains restaurateurs parisiens qui réfléchissent avec eux.

Ces deux mondes travaillent ensemble depuis des années mais, sur ce projet en commun, ils ont besoin de mieux se connaître parce que les restaurateurs arrivent avec leurs coûts de restaurateur, leur réflexion et leur modèle économique et social.  Et puis, il y a les producteurs avec leur ferme. C’est bien autre chose qu’un modèle économique ou une race locale, ils veulent en faire un lieu qui témoigne de ce qu’est un territoire où se concentre une activité culturelle. Il faut apprendre à faire ensemble.

Paroles de paysans | Cédric BRIAND

Il y a aussi le client. On avait commencé un travail avec Mathieu [Hamon] et Cédric [Briand] sur le coût. Il y a un marché à la ferme tous les vendredis soir, je leur ai proposé de faire un atelier de cuisine à partir des produits qui sont sur le marché.

On a partagé ce repas. A la fin de la préparation, on a fait le coût de revient de la recette. Et la variable, c’était le salaire du cuisinier, c’était génial. J’avais mis tous les coûts y compris les coûts d’électricité, de loyer, etc… On avait divisé par le nombre de parts et la seule inconnue, c’était le coût horaire du cuisinier. On demandait aux gens de définir cette inconnue. Je n’ai jamais aussi bien gagné ma vie que ce jour-là ! Ils voulaient tous que nous soyons bien payés parce qu’ils estimaient qu’un salaire normal c’était 2000 – 2500 euros. Là, j’ai pu leur expliquer qu’ils étaient loin de la réalité. Ils étaient complètement effarés.

La question s’est aussi posée sur les produits de la ferme. Et la question était : Est-ce que vous en vivez ? Le restau, il doit servir à cela. Le projet de la ferme est crucial mais il n’y a pas de modèle. Il ne sera pas un modèle non plus. On pourra juste faire une restitution de toutes les étapes par lesquelles on a dû passer pour établir un équilibre.

Voilà, c’est mon rapport au monde paysan. Ce sont les rapports de force qu’il faut changer. La fameuse transition. Faire autrement, on sait faire, il y a de nombreuses solutions depuis longtemps. Par contre, ce que l’on ne sait pas faire, c’est donner les moyens à des organisations collectives d’émerger et ne pas vivre juste de fléchages politiques financiers. Il faut avoir la capacité à dégager du temps pour penser collectivement l’organisation sans perdre les pensées politiques.

Quelques phrases ont été modifiées par ARC 2020 pour faciliter la compréhension.

 

Retour à la page « Nos campagnes en résilience » 

Souhaitez-vous rejoindre cette aventure proposée par ARC2020 ? Soyez les bienvenus pour vous informer, écouter, vous engager ou participer à des rencontres. Il vous suffit d’envoyer un petit mail à Valérie GESLIN, coordinatrice de projet. 

Et n’oubliez pas de nous suivre sur les réseaux sociaux pour avoir les dernières nouvelles du projet :  InstagramFacebookLinkedIn et Twitter.

 

 

Après cet article

Paroles d’acteurs | Un cuisinier avec un plat d’avance 1

Evènement | Face aux problématiques urgentes, aller vite mais pas trop vite

Nos campagnes en résilience | C’est à nous d’inventer le changement social 1

Nos campagnes en résilience | C’est à nous d’inventer le changement social 2

Nos campagnes en résilience | Cultiver, habiter et vivre en respect des Hommes et de la nature

Nos campagnes en résilience | Comment co-construire ce projet ?

Paroles de paysans | Cédric BRIAND

Paroles de paysans | Ludovic BOULERIE

Nos campagnes en résilience | C’est à nous d’inventer le changement social 1

Nos campagnes en résilience | C’est à nous d’inventer le changement social 2

Paroles de paysans | Marie et Gilles AVOCAT

Clin d’œil culture | « Nature intérieure » par Rémi SERAIN

Naviguons en cercles, cap pour 2030 !

Clin d’œil culture | International Village Shop par myvillages

Producteur laitier biologique pas stressé

Crise laitière | Les leçons du secteur laitier biologique français

Extrait de livre | Goûter à l’indépendance

Extrait de livre | Survivre en dessous du niveau de la mer

Être fromager en Bretagne, ou retourner à « l’aliment-terre »

PAC | Réforme post 2020 : l’ambition perdue ?

Valérie Geslin
A propos Valérie Geslin 20 Articles
Valérie est coordinatrice du projet « Nos Campagnes en résilience ». Après avoir cheminé dans des associations d’Education Populaire, Valérie a travaillé pendant une dizaine d’années dans le secteur du développement local et notamment dans le Beaufortain. Diplômée d’un Master 2 en Sciences Politiques sur le changement social et les solidarités territoriales, elle a réalisé son mémoire de recherche sur l’influence des émotions des professionnels dans la mise en œuvre des changements politiques territoriaux. Son mémoire professionnel a été axé sur la thématique des réseaux d’agents de développement rural en Savoie. Valérie est attachée au milieu rural dont elle est native. Son approche sociale et de terrain lui permettra de porter un autre regard sur les transitions socio-agro-écologiques actuelles. Ses expériences d’animation lui permettront de proposer des outils et méthodes participatives afin que chacun puisse être acteur de ce projet. Curieuse, engagée, pleine de volonté et de bonne humeur, elle souhaite aller à la rencontre de ce monde rural, découvrir ce qui fait leur force et apporter ainsi son petit grain de sel pour construire un futur de l’Europe rurale plus résilient.

1 Rétrolien / Ping

  1. Cooking Up Fairer Food & Farming Part 2 - Resilience

Les commentaires sont fermés.